Communiqué du comité de mobilisation du Mirail

  • Le monde entier
Par Remi Azemar 4. Avril 2016

Réponse des étudiants du Mirail au communiqué rédigé par Jean-Michel Minovez, président de l’Université, le 31 mars 2016 (paru sur l’ENT)


« Malgré la suspension des enseignements et des examens décidée par la présidence pour la matinée d’aujourd’hui, quelques dizaines d’étudiants, en contradiction avec les décisions prises par l’AG étudiante de la veille, ont décidé de pénétrer sur le campus, la nuit dernière, et de mettre en place des barrages à ses entrées. »

Les piquets de grève organisés par une centaine d’étudiants la matinée du 31 mars, et votés en Assemblée Générale étudiante le 30 mars, se sont déroulés dans un climat de convivialité, ce qui a permis de rassembler les étudiants pour un départ en manifestation à 10h30.

De manière à assurer cette bonne ambiance, nous avons dû rester sur l’université le soir même - et non y « pénétrer », pour préparer le matériel de musique, le café, le thé, le petit déjeuner afin d’accueillir étudiants et personnels aux piquets de grève.

« Cet après-midi, les activités se sont déroulées normalement, sans aucun incident à noter. »

Cela a été prévu en AG. Le matin non plus, il n’y a pas eu d’incident- sauf peut-être un peu de confiture par terre.

« A l’issue de la manifestation toulousaine, une assemblée générale étudiante réunissant une trentaine de personnes, dont une partie d’éléments extérieurs à l’UT2J, s’est tenue sur le campus du Mirail. »

Ce n’était pas une AG mais une réunion. Il s’agissait de se replier dans un lieu calme et en sécurité pour pouvoir discuter après avoir subi la répression policière. Oui, nous voulons encore que la fac soit un endroit où se rassembler entre étudiants, anciens étudiants, grévistes, amis.

« Il est demandé à tous les personnels et les étudiants encore présents sur le campus de le quitter avant 21 heures afin que nous puissions prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires à la protection de notre université. »

Aucun étudiant n’avait prévu de rester sur place après 21h, ni de perturber la sécurité de l’université. Nous ne voyons pas en quoi il est nécessaire de protéger une université vide.

"Dès demain 7h30, il sera procédé à l’ouverture de tous les bâtiments du campus du Mirail."

Les piquets de grève concernaient les entrées principales seulement, non les bâtiments, bloqués par les services de sécurité.


« Je demande aux étudiants et aux personnels de rejoindre leurs campus, au Mirail et en région, ce vendredi 1er avril, pour y poursuivre leurs activités. »

Oui, nous allons venir sur le campus et y poursuivre nos activités !

Nous appelons les étudiants à rejoindre la mobilisation, sur le campus, lors des AG, piquets de grève, et manifestations, qui sont des moments de rencontres, de convivialité et de joie.